Formulaire de recherche

Botola: les clubs sommés de passer au statut de sociétés avant le début de la saison prochaine

frmf

© Copyright : DR

Posté le 29/11/2017 à 22h42 par Ismail El Fassi (Mise à jour le 29/11/2017 à 23h55)

Kiosque360. Les clubs ont jusqu’au début de la saison prochaine pour régulariser leur situation et devenir des sociétés anonymes. Des sanctions sont prévues dans le cas d’un retard.

La réunion du Comité directeur de la Fédération royale marocaine de football s'est tenue ce mardi et il semblerait que les clubs ont déçu les membres du Comité. La FRMF n'a pas apprécié que les clubs retardent le basculement vers le statut des sociétés anonymes.

Selon le quotidien arabophone Assabah, daté du 30 novembre, les équipes de Fouzi Lekjaa ont donné une sorte d'ultimatum à l'ensemble des clubs marocains. Ces derniers ont jusqu'au début de la saison prochaine pour régulariser leur situation et passer au statut de sociétés, au lieu d'associations comme ils le sont actuellement. Dans le cas où les clubs ne feront pas les démarches nécessaires pour basculer vers ce nouveau statut, la fédération prévoit de les exclure de la compétition.

Pour rappel, la FRMF avait auparavant fixé cette saison comme échéance ultime, mais les clubs n’ont pas suivi. Pour motiver ces derniers, il a été décidé, lors de la réunion du Comité directeur, d’accorder une aide financière aux clubs qui se décident de basculer le plus rapidement possible.

Le quotidien est revenu sur cette réunion en expliquant que l’exposé autour des sociétés sportives a été présenté par le président de la commission de gouvernance, Tarik Sijelmassi, avec l'aide de ses équipes. Ce dernier a exposé les difficultés que rencontrent les clubs dans ce processus dont, en premier lieu, le volet légal qui rend la tâche plus difficile. Selon le quotidien les présidents des clubs redoutent, qu’après le basculement vers ce nouveau statut, de perdre leur notoriété et leur positionnement. Le quotidien explique que les craintes des présidents des clubs sont aussi relatifs, aux impôts et aux règles prudentielles qui seraient appliquées dans la gestion de sociétés.

Posté le 29/11/2017 à 22h42 Par Ismail El Fassi