Formulaire de recherche

Task Force: le Maroc redoute un coup de poignard

Task Force FIFA Boban

© Copyright : DR

Posté le 19/04/2018 à 22h06 par Fayçal Ismaili (Mise à jour le 20/04/2018 à 12h10)

Kiosque360. Malgré le doute suscité par la Task Force et son «scoring system», plusieurs chamboulements joueront en faveur de l’un ou l’autre dossier des candidats. En attendant, le Maroc gagne de nouveaux soutiens.

Le tour d’inspection de la Task Force au Maroc a laissé un goût de suspicion quant à l’impartialité de cette commission de la FIFA qui se chargera d’accorder une note au dossier du Maroc, rapporte Al Akhbar du 20 avril.

L’autre source d’inquiétude, aussi bien du côté nord-américain que marocain, consiste en l’accélération des événements. À commencer par la démission du président de la Confédération océanienne de football (OFC), David Chung, «pour raisons personnelles» à dix mois de la fin de son mandat. De ce fait, le dossier américain perd un allié de poids, puisque Chung avait déclaré en 2017 son soutien à United 2026.


Lire aussi: Corner. Task Force, tu ne tueras point!


Le président de la Fédération congolaise de football association (Fecofa), vice-président de la Confédération africaine du football (CAF) et membre du comité exécutif de la FIFA, Constant Omari, grand soutien du Maroc, a été placé en garde à vue pour une affaire de corruption.

Malgré tous ces nouveaux éléments, le Maroc continue son travail de lobbying pour réunir les 104 voix nécessaires le 13 juin prochain pour arracher l’organisation de la compétition.

Le président de la Fédération kenyane de football (FKF), Nick Mwendwa, a déclaré que le Kenya apporté officiellement son soutien à la candidature du Maroc à l’organisation de la Coupe du monde de football.


Lire aussi: La dernière trouvaille de la Task Force pour torpiller Maroc 2026


De son côté, l’ex-attaquant international nigérian,Daniel Amokachi, a déclaré que le Maroc est un pays capable d’accueillir le tournoi en 2026, car il dispose de toutes les infrastructures nécessaires.

Enfin, l’ambassadeur du Maroc au Soudan, Mohamed Maoulainaine, a déclaré que les médias soudanais font la promotion du dossier du royaume en raison des relations d’amitié qui lient les deux pays.

Posté le 19/04/2018 à 22h06 Par Fayçal Ismaili