Filinfo

Athlétisme

Mondiaux 2017. Marocains naturalisés: ils ont risqué leur vie pour goûter à la gloire

© Copyright : DR
L’athlétisme marocain ne court plus comme avant. La majorité des talents vivent et s'entraînent dans des conditions défavorables. Certains s’apitoient sur leur sort, d’autres ont risqué leur vie pour atteindre leur apogée.
A
A

La promesse d'une bonne préparation, un salaire et la chance d'être un grand calibre… Tels sont les principaux incitatifs pour les coureurs marocains qui fuient les conditions vulnérables pour goûter à la gloire. Le Maroc est devenu un marché de talents dont l’Espagne est le premier importateur. 

Ilias Fifa
© Copyright : DR

Ilias Fifa, l’athlète hispano-marocain qui a été éliminé du premier tour de l’épreuve du 5000m aux mondiaux de Londres, est un exemple concret.

Né en 1989 à Tanger, il a obtenu la nationalité espagnole en 2015. Ilias, qui espérait devenir un athlète de haut niveau, a vite compris que son rêve sera dur à réaliser au Maroc. A l’âge de 17 ans, il risque sa vie en tentant une immigration clandestine périlleuse. Il parvient à atteindre l’Espagne en se cachant dans le coffre d’un camion. Un an plus tard, il commence à pratiquer l’athlétisme dans un club à Barcelone. En 2016 et après avoir été naturalisé, il devient champion d’Europe et se qualifie pour les Jeux Olympiques de Rio. 

Abdelaziz Merzougi
© Copyright : DR

L’histoire de Fifa est semblable à celle d’Abdelaziz Merzougi qui a représenté l’Espagne aux Jeux Olympiques de Rio 2016.

Né à Guelmim en 1991, Abdelaziz Merzougi a consacré la majorité de son temps à l'athlétisme. Il a participé à des meetings nationaux mais personne ne s'est intéressé à son talent. En 2006, il prend le risque et quitte le Maroc à bord d'une patera en quête de gloire en Espagne. Grâce au soutien de quelques Marocains, il parvient à rejoindre un club d’athlétisme dans la région catalane. En 2010, le gouvernement espagnol lui accorde la nationalité, le jeune Marocain commence à se frotter à l’élite mondiale.

Notre voisin ibérique a pris l’habitude de dénicher les étoiles montantes marocaines dans les meetings mondiaux. Adel Mechaal, qui était à deux doigts de décrocher la médaille de bronze hier dans la finale du 1500m, est un parfait exemple.   

Adel Mechaal
© Copyright : DR

Mechaal avait 17 ans quand il a été contacté par des agents espagnols. Ils avaient remarqué son talent lors d’un meeting à Berlin. Le jeune talent marocain a rejoint un club d’athlétisme à Madrid et il s’est formé avec l’un des entraîneurs les plus connus en Espagne, Manchego Antonio Serrano. Quelques années plus tard, il décroche la médaille d’argent au championnat d’Europe à Amsterdam. 

En matière d’athlétisme, le Maroc est devenu l’un des principaux marchés de talents. La Fédération reste inflexible face à ce fléau. En changeant leurs nationalités, ces athlètes ont évité la déchéance et la misère pour goûter à la gloire.

Par Kebir Bhyer
A
A

Tags /


à lire aussi /

Athlétisme Athlétisme
Athlétisme Athlétisme

Justice: l'athlète marocain, Ilias Fifa, arrêté pour ses liens avec un réseau de dopage

Athlétisme championnats du monde d'athlétisme
Athlétisme championnats du monde d'athlétisme

Vidéos. Aouita, Moutawakil, Radi, El Guerrouj... ils ont fait l'histoire de l'athlétisme marocain

Athlétisme championnats du monde d'athlétisme
Athlétisme championnats du monde d'athlétisme

En direct. Mondiaux 2017: Fouad El Kaam en finale du 1500m à 20h30


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

Ceci n’est pas un reportage

Félonie saoudienne

P’tit-pont: Souvenirs, souvenirs...

Corner. Task Force, tu ne tueras point!

Ce n’était pourtant qu’un match de foot

P’tit-pont. Mondial: le bonheur des quarts

Maroc 2026: le spot de la honte!

Hors jeu. Foot, c’est la guerre!

Soyons réalistes, demandons un miracle!

Hors jeu. Infantino, ce doux dictateur

Kiosque

Amrabat: le bon réflexe du docteur El Hifti

Les fans marocains en force en Russie

Le Barça piqué au vif par le Niet de Grizou

Le Mondial sur beIN, c'est gratuit!

Maroc-Iran: avantage aux lions de l’Atlas

Le Maroc doit, enfin, gagner son 1er match

Turki Al-Sheikh s'est "trumpé" de frère

L'Iran, cet écueil devant les Lions

Premier Mondial pour la bande à Benatia

Grizou a décidé de partir... ou de rester