Formulaire de recherche

Les «putschistes» du Raja subissent un deuxième camouflet

said hasbane

© Copyright : DR

Posté le 05/09/2017 à 21h10 par Fayçal Ismaili

Kiosque360. L’actuel président du Raja, Said Hasbane semble gagner une seconde manche contre les adhérents qui cherchent à le destituer. L'AGE pour le renverser n’aura pas lieu faute de réunir le quorum requis. Les détails.

À moins de 24 heures avant l’AGE prévue le mercredi 6 septembre par un groupe d’adhérents du Raja hostiles au président Said Hasabane, tout porte à croire que ce rendez-vous n’aura pas lieu, informe le quotidien Al Massae dans son édition du 6 septembre.

En cause, plusieurs adhérents manquent à l’appel, ce qui empêche de réunir le quorum nécessaire à la tenue de cette AGE. Selon Al Massae, le nombre nécessaire des adhérents n’a pas été atteint parce que plusieurs composantes du club pensent encore aplatir les différends entre l’actuel président et ses détracteurs, sans oublier le spectre de se retrouver avec une direction bicéphale. Ce qui exposerait le Raja à des sanctions ou une descente définitive aux enfers.

De son côté, Said Hasbane ne semble pas perturbé outre mesure par les gesticulations des «putschistes», et maintient la date du 19 septembre pour la tenue de l’AG ordinaire qui aura pour objet la mise en conformité des statuts du club avec la loi 30.09 relative à l’éducation physique et au sport.

Quant à l’ancien président, Mohamed Boudrika, il s’est invité de nouveau dans la course à la présidence. « J’ai payé le droit d’entrée pour redevenir adhérent du club et j’attends mon invitation à l’AGE qui se tiendra demain pour déposer ma candidature et briguer à nouveau un mandat de président», a-t-il confié à Al Massae.

Pour le moment, seul Jamaleddine El Khalfaoui semble incarner l’aile des détracteurs de Hasbane et se positionne comme unique candidat au poste si l’AGE a lieu demain ou à une date ultérieure. Une candidature soutenue par deux poids lourds du club que sont les anciens présidents Abdelhamid Souiri et Mohamed Aouzal.

Posté le 05/09/2017 à 21h10 Par Fayçal Ismaili