Formulaire de recherche

Redouane Jiyed: l’arbitrage marocain se porte bien

Redouane Jiyed

© Copyright : DR

Posté le 20/02/2017 à 20h32 par Ismail El Fassi (Mise à jour le 20/02/2017 à 21h40)

Kiosque360. L’arbitre international marocain s’explique sur sa décision prise lors du match entre le WAC et le MAT et qui lui a valu une altercation avec un dirigeant tétouanais. Redouane Jiyed s’est montré globalement rassurant quant au niveau de l’arbitrage marocain.

De retour du Gabon où il a arbitré quelques matchs de la Coupe d’Afrique des nations, l’arbitre international marocain Redouane Jiyed a vite renoué avec l’âpre réalité de la Botola. Lors du récent match entre le MAT et le WAC, joué à Tétouan, l’arbitre a essuyé des insultes proférées par un dirigeant du MAT. Une altercation s’ensuivit, et a nécessité l’intervention de la police. L’arbitre s’en explique dans une interview au quotidien Al Massae de ce mardi 21 février. Revenant sur cet incident, Jayid affirme avoir rédigé un rapport détaillé qu’il a adressé à la Fédération, tout en admettant avoir, par ailleurs, été bien traité par les dirigeants tétouanais, à leur tête leur président Abdelmalek Abroun.

Revenant sur l’action litigieuse qui a valu à l’arbitre les critiques acerbes des joueurs et des insultes de la part d’un dirigeant du MAT, qui réclamaient un penalty après une main pas évidente d’un défenseur du WAC, Redouane Jiyed a estimé avoir pris la bonne décision. Il a considéré que le ballon avait d’abord tapé dans le genou d’un joueur avant de rebondir sur sa main. Il a donc estimé que la main était involontaire. «Devons-nous couper les mains aux joueurs?», a-t-il ironisé.

Par ailleurs, Redouane Jiyed a été interrogé sur le niveau de l’arbitrage national. Selon lui, il n’y a rien à signaler. «L’arbitrage marocain se porte bien», a-t-il lâché à son interviewer. «Je pense qu’aucun problème majeur n’a été enregistré durant cette saison de la Botola», s’est même félicité l’arbitre international. Pour rappel, Redouane Jiyed a officié lors de la CAN gabonaise. Une expérience qu’il juge «positive est très enrichissante».

Posté le 20/02/2017 à 20h32 Par Ismail El Fassi