Filinfo

Foot

Le fabuleux destin d'Ansu Fati

© Copyright : DR
Ansu Fati a fait un long voyage, du terrain de terre où il jouait enfant à Bissau, jusqu'au Camp Nou de Barcelone. Arrivé en Espagne en 2009, ce fils d'immigré africain est à seulement 16 ans, un footballeur aux débuts hallucinants en Liga.
A
A

"Ansu Fati, joueur du Barça!": les gamins de banlieue de sa ville natale d'Afrique de l'Ouest, Bissau, s'étranglent de joie quand ils crient le nom de leur "héros", sur le terrain de terre ocre du quartier populaire Sao Paulo bordé d'arbres tropicaux.

C'est là qu'Anssumane Fati, né le 31 octobre 2002, a passé ses six premières années. Là qu'il jouait en chaussettes ou sandalettes en plastique et driblait des plus robustes que lui, raconte à l'AFP son jeune entraîneur de l'époque, Malam Romisio.

"Avant mon équipe, c'était le Real Madrid, mais j'ai changé de camp lorsque j'ai su qu'Ansu était devenu titulaire au Barça!", avoue-t-il, épaté que le jeune attaquant évolue depuis le 25 août en première division et soit l'auteur de deux buts et d'une passe décisive en quatre matches, sous l'oeil bienveillant de la star Lionel Messi.

Une fierté pour sa Guinée-Bissau natale, petit pays d'Afrique de l'Ouest aux paysages somptueux et préservés, mais classé parmi les plus pauvres du monde et qui ne s'est jamais distingué en football.

Dans une maison de la ruelle où Ansu a grandi, son oncle paternel, Djibi Fati, le désigne sur les photos de famille, petit garçon posant en costume de fête traditionnel qu'on taquinait parce qu'"il raffolait du pain beurré". "À chaque fois qu'il rentrait du foot, il réclamait du pain", dit-il.

Un jour, le père, Bori Fati, quitta Bissau pour gagner le Portugal puis l'Espagne, en quête de travail. Dans la province andalouse de Séville (Andalousie), il enchaîne les boulots, "travaillant sur le chantier du train à grande vitesse, récoltant les olives, ramassant les verres dans une discothèque...", énumère Amador Saavedra, qui le connut à l'époque à Herrera (6.000 habitants) sans savoir alors que lui-même entraînerait un jour son fils Ansu.

"Cette histoire est belle", dit-il, à l'heure où l'extrême droite fustige les migrants, car l'actuel maire communiste du village voisin de Marinaleda (2.600 habitants) aida financièrement le père à faire venir sa famille, puis le maire socialiste d'alors à Herrera lui trouva un poste au dépotoir municipal.

A peine arrivé à Herrera, à sept ans, Ansu découvre un terrain de foot à l'herbe toute neuve et y fait vite sensation, raconte son tout premier entraîneur espagnol, Jordi Figaroa: "L'écart était abyssal avec ses camarades, techniquement mais aussi tactiquement. Chez les poussins, rares sont les enfants capables de mener une action combinée et lui, il avait tout".

A l'école de football Peloteros d'Herrera, où se forment gratuitement plusieurs milliers d'enfants des environs, le directeur José Luis Pérez a récemment revu Ansu et assure qu'"il n'a pas la grosse tête". Il le décrit en garçon "très spontané et très joyeux", "extraverti mais parlant peu".

Dès 2010, Ansu s'illustre au FC Séville avant d'être recruté en 2012 par le FC Barcelone - comme son grand frère Braima - intégrant le célèbre centre de formation de la "Masia", où il vit toujours: "Ansu a été parmi les plus jeunes jamais admis à la Masia", à 10 ans, mais "son frère était attentif" à lui, relève son premier entraîneur à Barcelone, Marc Serra. C'était "le type de joueur qui invente le football", dit-il, "l'un des garçons les plus talentueux arrivés à la Masia depuis Messi".

Après un des premiers tournois auxquels il participe, l'enfant rentre seul en train vers Séville et envoya un message à son entraîneur, disant qu'il "regrettait beaucoup d'avoir mal joué et que ça ne se reproduirait plus", rapporte M. Serra, qui conclut: "à dix ans, il était déjà mûr et exigeant envers lui-même".

La suite est connue: Ansu Fati est devenu fin août le plus jeune joueur à marquer en Liga pour le Barça, puis le plus jeune à évoluer en Ligue des champions avec le maillot catalan.

Et l'entraîneur barcelonais Ernesto Valverde décrit "un garçon équilibré", "à l'aise", en souhaitant "qu'il apprenne à se connaître, à connaître la première division, qu'il voie que c'est difficile et assimile la charge de travail, le stress."

Fin août, Bori Fati confiait à la radio Onda Cero: "Nous autres, nous sommes travailleurs, modestes". "Je dis tous les jours à Ansu: c'est ça ton travail: quand tu as la balle, tu te mets face au but, tu ne regardes pas ailleurs, tu shootes".

Lire aussi: Le prodige Ansu Fati jouera désormais pour l'Espagne

Par Le360 (avec AFP)
A
A

Tags /


à lire aussi /

Foot Liga
Foot Liga

Quand aura lieu Barça-Real?

Foot Liga
Foot Liga

Un Clásico pour Malen et Ihattaren?

Foot Golden Boy 2019
Foot Golden Boy 2019

Ansu Fati, invité surprise du Golden Boy


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

Non, il ne faisait pas “trop chaud” à Doha

Gullit ne comprend rien aux Marocains

Kiosque

Les sportifs paieront l'impôt

Verdict du TAS en novembre pour WAC-EST

Feu vert pour le VAR en Botola

A joueurs ultra-payés, clubs puissants

Vers l’Ultime combat de Badr Hari

En 4 matchs, Vahid a testé 32 joueurs

Un Cityzen futur Lion de l'Atlas

N'golo Kanté interesse le Real

Le coach «local» remonté contre Vahid

Les matchs en retard plombent la Botola