Filinfo

Athlétisme

Talbi Alami s’attire les foudres d’Ahizoune

© Copyright : DR
Kiosque360. Après son fameux «ce n’est pas mon affaire» à propos du dossier de candidature du mondial 2026, Rachid Talbi Alami a dressé indirectement un portrait peu flatteur d’Abdeslam Ahizoune dont il considère bilan à la tête de l’athlétisme marocain très faible.
A
A

Les déclarations de Rachid Talbi Alami, ministre de la Jeunesse et des sports, lors de la journée d’étude organisée par le Conseil régional Fès-Meknès le 28 mars dernier, continuent à susciter la polémique. Cette fois, c’est  Abdeslam Ahizoune, président de la fédération royale marocaine d’athlétisme (FRMA), qui a été agacé par les propos du ministre, informe Al Massae du 6 avril.

Talbi Alami avait déclaré que les fédérations sportives ont échoué dans la production de champions et qu’elles souffrent d’une carence dans la formation, avant de conclure que le secteur sportif au Maroc ne participe que de façon marginale au PIB national.

Le ministre a envoyé d’autres salves aux responsables des fédérations, les accusant de bénéficier de plus de moyens financiers sans résultats probants. «La nature permet l’éclosion de champions, mais on ne peut pas avancer qu’ils sont le fruit d’un processus de formation. Nous attendons que la nature nous redonne à nouveau des champions comme Said Aouita, Nawal El Moutawakil ou encore le nouveau champion, Soufiane El Bekkali» a-t-il déclaré.

Cette déclaration qui vise directement la FRMA a provoqué l’ire de Abdeslam Ahizoune, dont le bilan à la tête de l’athlétisme laisse à désirer. Or, Ahizoune n’a cessé de marteler que sa stratégie consiste à renforcer la pratique de l’athlétisme grâce aux centres de formation et la pratique de la bonne gouvernance conformément au plan national de réhabilitation de l’athlétisme.

Les déclarations de Talbi Alami lors la journée d’étude organisée par le Conseil régional Fès-Meknès lui ont valu également un recadrage du président du comité d’organisation de la Coupe du monde 2026, Moulay Hafid Elalamy, qui a qualifié les propos du ministre d'irresponsables et inacceptables.

Par Fayçal Ismaili
A
A

Tags /


à lire aussi /

Athlétisme abdeslam Ahizoune
Athlétisme abdeslam Ahizoune

Athlétisme: silence, on coule!

Athlétisme abdeslam Ahizoune
Athlétisme abdeslam Ahizoune

Hors jeu. Heureux qui comme Ahizoune

Athlétisme abdeslam Ahizoune
Athlétisme abdeslam Ahizoune

Ahizoune “m’a tuer!”


3 commentaires /

  • mouatina
    Le 06 Apr. 2018 à 11h58
    le problème du Maroc ce sont les superman qui accumulent plusieurs fonctions cruciales d'où le cahos. et c'est général pour tous les secteurs pas seulement le sport
  • Sarah
    Le 06 Apr. 2018 à 09h35
    Je pense que Mr Alami a été très gentil en qualifiant le bilan de faible, moi j'aurai dit médiocre. On est loin des années 80. Mais celà tout le monde le sait comme dirait l'autre :-)
  • Amine
    Le 06 Apr. 2018 à 09h22
    Notons que Le Meilleur sportif de l’année 2017 au Maroc est un athlète, the great Soufiane Bakkali !
Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

Un Français Ballon d'Or, et puis quoi encore?

Mais pourquoi choisissent-ils le Maroc?

Les races n’existent pas

Cette France que nous aimons tant… haïr

Foot: l’esprit d’équipe

Et si on organisait notre propre Mondial?

les Lions encore arnaqués

La plus belle des défaites

Non, l’Arabie Saoudite n’est pas un pays ami ni frère

Ceci n’est pas un reportage

Kiosque

La Cour des comptes scrute l'argent du sport

Le Raja cherche à renflouer ses caisses

La VAR bientôt dans cinq stades marocains

Offre stratosphérique de MBS pour Manchester

Le Caire ne plaît plus à Ahaddad

Le MAT veut traîner le Raja devant le TAS

La FRMF cherche match amical en Europe

Les Merengues ploient sous la crise

Une 5e journée de Botola étalée sur 3 jours

Le Maroc combatif aux JO de Buenos Aires