Filinfo

Botola

Retour sur le premier titre de champion de l’IRT

© Copyright : DR
2018 restera à jamais gravée dans les mémoires des Tangérois. Après de longues années d'attente, la ville a enfin célébré le premier titre de champion de l'histoire de l'IRT. Retour sur une saison historique des Nordistes.
A
A

On disait qu'aucun entraîneur n'avait une baguette magique pour tout changer du jour au lendemain. Driss Lamrabet a prouvé le contraire lors de cette saison 2017-2018 historique pour la ville de Tanger. Les Bleus sont champions, leurs supporters ont jubilé et les larmes de joie ont coulé à flots dans les rues de la ville du Détroit.

Pourtant, rien n'a été facile pour les coéquipiers d'Oussama El Gharib, qui ont vécu un début de championnat des plus difficiles. Avec Badou Zaki aux commandes, le club n'a gagné qu'un seul match en 8 journées. Driss Lamrabet, l'adjoint a pris les choses en main, et le déclic arriva avec une série de 12 matchs sans défaite, dont 9 victoires consécutives. Des résultats qui ont placé l'IRT dans le peloton de tête, pour devenir candidat au titre. 

Driss Lamrabet, à jamais dans l'histoire
L'artisan du sacre, c'est lui. Driss Lamrabet fait partie de cette jeune génération d'entraîneurs marocains qui commence petit à petit à s'imposer. Il a remplacé l'ancien sélectionneur, Zaki, pour réussir là où ce dernier a échoué, et c'est déjà un bon signe d'avenir. Ensuite, les joueurs de l'Ittihad étaient plus libérés, ils ont gagné des matchs à l'extérieur et à domicile sans trembler. 

Les résultats étaient moins bons lors des dernières journées. Les Tangérois avaient du mal à gagner, comme si la pression et l'enjeu alourdissaient leurs jambes. Mais l'étoile du Nord était bien là. Comme si le destin voulait que cette génération finisse championne du Maroc... Les concurrents aux titres ne profitaient pas des faux pas, et le Wydad a perdu des points là où il ne fallait pas. 

L'étoile du Nord, c'est le public tangérois
Un champion sans public ça existe? Peut-être bien, mais surement pas lors d'une saison aussi relevée que la Botola 2017-2018. Jusqu'à la 25e journée, 6 équipes pouvaient espérer finir championne. Mais finalement, c'est l'IRT qui parvient à terminer sur la plus haute marche du podium. Cette équipe peut remercier son 12e homme. Le virage sud du stade qui a tant donner la voix aux jeunes joueurs, parfois inexpérimentés, de leur équipe. Toute la ville était unie derrière un seul et unique but, le titre de champion. L'Ittihad, c'est le beau jeu, la belle ambiance... mais un trophée majeur manquait toujours. Maintenant, la boucle et bouclée. 

Par Le360sport
A
A

Tags /


à lire aussi /

Botola AS FAR
Botola AS FAR

Abderrahim Taleb prend les commandes de l'AS FAR

Botola Ittihad Riadhi de Tanger
Botola Ittihad Riadhi de Tanger

Les supporters de l'IRT réclament la tête du président

Botola 29e journée
Botola 29e journée

Vidéo. WAC-IRT, ce que vous n'avez pas vu


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

C’est nous ou c’est le foot qui nous rend comme ça?

Egorgés, dites-vous?

Au nom du maire

Violence aveugle

Kiosque

Beni-Mellal investit dans le football

L'Affaire Hamdallah, dieu merci, est close

La CAF adopte le nouvel arbitrage

José Mourinho n’a plus la cote

Une CAN juteuse pour qui ira loin

Le Wydad en stage à Monastir?

La CAF inquiète après le décès de Morsi

Nasser al-Khelaïfi parle de Neymar et Mbappé

Le moral des Lions de l'Atlas inquiète

Ahmed Ahmed rassure sur la CAF