Filinfo

Foot

Pas vu à la télé, le bordel à Tanger

© Copyright : DR
Si la rencontre opposant le FC Séville au FC Barcelone à Tanger dans le cadre de la supercoupe d'Espagne s'est bien déroulée, en revanche l'organisation autour de l'événement fut un fiasco. Le360sport y était. Récit.
A
A

Les dirigeants du football marocain sont ils capables d'organiser des événements footballistiques majeurs, impliquant des stars internationales, sans qu'il n'y ait rien à redire sur l'accueil réservé au public et aux équipes? Au regard de ce qui s'est passé à Tanger, la question mérite d'être posée.

Insécurité organisée
Une société privée, désignée par la FRMF, s’est chargée des différents aspects organisationnels de la rencontre, et notamment du volet sécuritaire. Ses agents ont vite été dépassés. Ils ont mal géré les entrées et les sorties du stade ainsi que la billetterie, créant une confusion géante.

Des éléments de ladite société ont même interdit à certains responsables du Barça ainsi qu’au photographe du club, de s’introduire sur la pelouse du Grand stade. Ils ont également eu un comportement violent envers le public et les journalistes locaux et étrangers. 

Zéro réseau
L'un des principaux points de crispation pour de nombreux représentants des médias, est le manque de connectivité  dans  le Grand Stade de Tanger. Difficle de passer un coup de fil ou de se connecter à internet pendant le match . Lors des différentes réunions entre les responsables de la FRMF et leurs homologues espagnols, la question relative à internet avait pourtant été posée à multiples reprises. En vain...

Tribunes clairsemées
Selon nos sources, 16.356 sièges étaient vides hier au stade de Tanger. De nombreux journalistes étrangers se sont interrogés à ce sujet car, à maintes reprises, il a été annoncé que le match se jouerait à guichets fermés. Il semblerait que les tickets à 900 dirhams n’ont pas tous été mis en vente car trop chers. Alors pourquoi pratiquer une politique tarifaire inadaptée pour rendre les billets inaccessibles au plus grand nombre?

Public en colère
Des bénévoles n’ont pas trouvé de moyens de transport pour rentrer chez eux à la fin du match. Par ailleurs, des agents de sécurité, relevant de la société privée en cheville avec la FRMF, ont empêché un certain nombre de fans, munis de billets à 500 et 1500 dirhams, d'avoir accès au stade, provoquant le désordre à quelques instants du coup d'envoi.

De nombreux supporters ont alors escaladé les murs pour atteindre les gradins. Des femmes et des enfants, y compris ceux venus d'Espagne, se sont ainsi blessés. L'ouverture des portes et l'accompagnement des supporters sont les grands points négatifs de l'organisation de cette supercoupe d'Espagne.

Accueil indigne pour les stars
L’accueil des deux équipes à Ibn Batouta laisse également à désirer. Selon nos sources, le directeur de l’aéroport se serait même rendu sur la piste d'aterissage afin de rencontrer les joueurs et prendre des photos avec eux, au lieu de les accueillir dignement.

Pire encore lors de la remise des récompenses dans la tribune officielle, le quintuple ballon d'or argentin, Lionel Messi, s'est violemment fait alpaguer pour un vulgaire selfie, par un inconnu, au mépris de la courtoisie la plus élémentaire. 

Ainsi il apparaît que la FRMF a failli dans la gestion de cet événement sportif de haut niveau. Si à l'avenir d'autres manifestations footballistiques prestigieuses doivent avoir lieu sur le territoire, il est absolument indispensable de repenser l'organisation dans tous ses aspects, aussi bien pour le public que pour les joueurs et les médias. Il en va de la crédibilité des dirigeants marocains, et de l'image du football national.

Par Le360sport
A
A

Tags /


à lire aussi /

Foot FRMF
Foot FRMF

Black-out de la FRMF sur les Lions de l’Atlas

Foot Lions de l'Atlas
Foot Lions de l'Atlas

Pourquoi le forfait d'Hamdallah a été maquillé en blessure?

Foot FRMF
Foot FRMF

Salim Cheikh lorgne la présidence de la FRMF


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

C’est nous ou c’est le foot qui nous rend comme ça?

Egorgés, dites-vous?

Au nom du maire

Violence aveugle

Kiosque

La corruption gangrène le foot camerounais

Renard «espionne» les éléphants

Infantino lâche Ahmad Ahmad

Le harcèlement éclabousse la CAN

Majorque n’a pas oublié Badou Zaki

Les Marocains conjurent le sort du 1er match

Trop d’adrénaline chez les Pharaons?

Le Mondial féminin a mal à la VAR

La FIFA, c'est la Banque mondiale du foot

Trop chère CAN 2019