Filinfo

Foot

Le Raja, un dernier titre pour la route

© Copyright : DR
Allez les Verts, place à la fête… En espérant que les lendemains de fête ne soient pas trop durs.
A
A

Faut-il que le Raja soit en crise pour le voir enchainer les victoires et les plus belles performances sportives? On va peut-être finir par le croire. Depuis qu’il est officiellement en crise, tant financière qu’administrative, l’obligeant à pratiquer une politique de recrutement austère (céder ses joueurs à forte valeur marchande, recruter malin et pas cher, puiser dans le centre de formation) et à fonctionner avec un président intérimaire (l’architecte Rachid Andaloussi), le Raja collectionne les titres.

Champion du Maroc en 2020, un titre qu’il cherchait depuis 2013, voilà que le club vient de gagner, à quelques semaines d’intervalle, la C3 africaine et la C1 arabe. Le tout après avoir décroché un titre symbolique de vice-champion du Maroc 2021. Plutôt pas mal pour un club en «crise».

Le dernier titre, obtenu samedi soir contre les Saoudiens d’Al Ittihad, n’a pas été le plus simple à obtenir. 4-4, un score de tennis ou presque, avec un match débridé, un peu fou, avec de grands boulevards dans les deux défenses. Mais l’essentiel a été fait et le Raja a gagné. Et aux tirs au but, s’il vous plait, preuve que le mental de cette équipe était au beau fixe.

Ce match avait une saveur particulière pour le grand espoir du club, le génial Soufiane Rahimi. C’était son dernier. Et il a été encore une fois décisif, en marquant le dernier but du Raja. Rahimi a beaucoup pleuré à la fin du match, et ils sont beaucoup parmi les ultras du Raja qui vont le pleurer aussi.

Rahimi, c’est probablement le joueur le plus talentueux du championnat et il vient de quitter le Maroc pour les Emirats. Il gagnera beaucoup plus d’argent, et peut-être aussi de nouveaux titres. Mais y gagnera-t-il sportivement? Franchira-t-il là-bas ce fameux pallier qui l’empêche encore d’aller tout en haut, en sélection notamment? Rien n’est moins sûr…

Et le Raja, alors, comment remplacera-t-il son feu-follet, lui qui a déjà perdu, juste avant, son meilleur buteur, le Congolais Ben Malango, lui aussi parti aux Emirats? Sans oublier que Noah Sadaoui, dont le profil se rapproche de celui de Rahimi, vient lui aussi de quitter le club. C’est tout le front d’attaque des Verts qui se trouve subitement dégarni…

Etonnant, et surtout inquiétant, non?

La question est de savoir aussi si le Raja, qui tient à garder une balance positive au niveau des transferts, aura suffisamment de marge sur l’argent généré par le transfert de Malango (3,30 millions d’euros, d’après le site référence Transfertmarkt). Est-ce que cet argent sera réinvesti, en dehors des arrivées libres de joueurs en fin de contrat, et de «promotions» des jeunes en équipe première?

Bon courage en tout cas à ce club magnifique, dont les «crises» extra-sportives sont aussi courantes que bienfaitrices. Laissons tous ces joueurs (avec mention pour le délicieux Hafidi, l’impeccable Zniti, le revenant Ilyas Haddad ou le transfuge Hadhoudi, qui a eu la lourde charge de remplacer le capitaine Badr Banoun) fêter ce dernier titre pour la route, avec leur entraineur (Lassaad Chabbi, une première saison pleine de promesses), et leur formidable public.

Par Footix marocain
A
A

Tags /


à lire aussi /

Foot On refait le match
Foot On refait le match

Le cas Ziyech


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération


Chargement...

Chargement...

Retrouvez-nous