Filinfo

Foot

Lekjaa confirme les tensions entre Hadji et Benatia

© Copyright : DR
Fouzi Lekjaa s'est exprimé sur l'affaire Hadji-Benatia lors du Forum de la MAP qui s'est tenu ce mardi à Rabat. Il a expliqué que c'était un malentendu qui s'est vite dissipé.
A
A

Le patron du foot marocain, Fouzi Lekjaa, est sorti de son silence sur l'affaire Benatia-Hadji. Le président de la FRMF a affirmé que les propos tenus par Mustapha Hadji lors d'une réunion technique ont mis en colère le capitaine Medhi Benatia.

Hadji a critiqué l’attitude des joueurs après la défaite contre l’Iran au Mondial, leur demandant de se concentrer sur les prochains matchs et arrêter de s'afficher sur les réseaux sociaux.

En revanche, il a expliqué que ce malentendu a été dissipé le jour même et que les deux hommes se sont quittés à la fin du Mondial en bons termes. Il a par ailleurs précisé que le défenseur de la Juventus n'a pas disputé le dernier match contre l'Espagne en raison de sa blessure et que son absence n'a rien à voir avec ledit conflit. 

Par Aymane Kadiri Alaoui
A
A

Tags /


à lire aussi /

Foot Lions de l'Atals
Foot Lions de l'Atals

Lekjaa veut d'abord gagner la CAN 2019

Foot CAF Awards
Foot CAF Awards

Benatia dans l'équipe type africaine

Foot CAF Awards
Foot CAF Awards

Triplé marocain historique à Dakar


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

Maghreb United ou FC Europe?

Kiosque

Voici les conditions du retour des tifos dans les stades

Tanger va-t-il éliminer le Zamalek?

Les réserves d’Infantino sur le Mondial 2030

Cristiano Ronaldo ou «Monsieur Finales»

Le mercato non prolongé cette année

La Coupe du monde des clubs au Maroc?

L’OCS ne paiera pour ses hooligans

Gerard Piqué, le futur président du Barça

La ville ocre, capitale du football mondial

Les arbitres marocains à l'heure de la high tech